La cause animale

(dernière mise à jour dimanche 4 novembre 2001)

La cause animale est une cause viscéralement humaniste...

Sites de défense de la cause animale

L'indien et la nature

Le rire est le propre de l'homme

 

 Sites de défense de la cause animale

RAGE au cœur, Réseau d'informations sur la condition Animale, Groupe militant contre l'Exploitation

http://www.ragecoeur.itgo.com/

La Hulotte, le journal le plus lu dans les terriers

http://www.lahulotte.fr

Collectif ACTION FAUNE SAUVAGE

http://members.aol.com/actionfaun/

Comité scientifique Pro Anima

http://perso.orange.fr/proanima/frames.htm

Ligue de protection des oiseaux

http://www.lpo.fr

Centre de soins des oiseaux de Francheville (Rhône)

http://csosl.free.fr

 L'indien et la nature

Extrait de " De mémoire indienne" de T. Ushte et R. Erdoes - Coll. Terre Humaine

"Les vastes plaines, les belles collines et les eaux qui serpentent n'étaient pas sauvages à nos yeux. Seul l'Homme Blanc trouvait la nature sauvage et pour lui seul, la terre était infestée d'animaux sauvages et de peuplades sauvages. À nous, la terre paraissait douce, et nous vivions comblés des bienfaits du Grand Esprit. Elle ne nous devint hostile qu'à l'arrivée de l'Homme Blanc qui nous accabla d'injustices insensées et brutales. C'est lorsque les animaux de la forêt se mirent à fuir son approche, que commença pour nous l'Ouest Sauvage."

"Le Sioux Lakota était empli de compassion et d'amour pour la Nature et son attachement grandissait avec l'âge. La terre était douce sous la peau et il aimait ôter ses mocassins et marcher pieds nus sur la terre sacrée. Il avait un sentiment de fraternité envers le monde des animaux et ceux-ci lui rendaient cette confiance. Le vieux Sioux était un sage. Il savait que le cœur de l'homme éloigné de la Nature devient dur ; il savait que l'oubli du respect dû à ce qui pousse et à ce qui vit amène également à ne plus respecter l'homme. Aussi maintenait-il les jeunes gens sous la douce influence de la Nature."

"Le bison était notre frère, il avait la puissance et la sagesse. Il nous donnait presque tout ce dont nous avions besoin. Notre tipi, c'était sa peau ; sa dépouille notre couverture, notre vêtement d'hiver. Il était dans la nuit le battement du tambour sioux. Sa chair nous donnait la force, devenait chair de notre chair. Rien de lui n'était perdu. Ses cornes devenaient nos cuillers, ses os nos couteaux, ses tendons les cordes de nos arcs. Son crâne puissant était notre autel sacré. Après avoir tué un bison, nous nous excusions auprès de son esprit. Nous honorions d'une prière ceux qui donnaient leur chair pour nous garder en vie.

Le plus grand de tous les Sioux se nommait Sitting Bull, Bison Assis. Quand le bison disparut, l'Indien véritable disparut aussi. Les quelques troupeaux qui survivent sont dans des réserves naturelles. Dans la vie comme dans la mort, le bison et l'Indien ont toujours partagé le même destin."

 Le rire est le propre de l'homme

Extrait d'une des BD sur le chat de Philippe Gelluk

Le rire est la seule chose qui différencie l'homme de la bête si l'on excepte toutefois:

la veulerie, la méchanceté, l'avarice, la cruauté mentale, l'orgueil, la perfidie, la malhonnêteté, l'alcoolisme, la vulgarité, l'appât du gain et le sens des affaires

Accueil | Plan du site