Les Diagonales de France

(dernière mise à jour mardi 27 novembre 2007)

1. C'est quoi une Diagonale de France ?

2. Mes Diagonales 3. Questions-Réponses

 C'est quoi une Diagonale de France ?

Une Diagonale de France, ça consiste à relier à vélo, sans véhicule d'assistance et dans un temps limité mais en principe pas inhumain, deux sommets non consécutifs de notre hexagone national. Il y a six sommets qui sont, en partant du Nord et en tournant dans le sens des aiguilles d'une montre:
Dunkerque, Strasbourg, Menton, Perpignan, Hendaye et Brest.

Au départ de chacune de ces 6 villes, on peut faire 3 Diagonales, par exemple au départ de Dunkerque:
Dunkerque-Menton, Dunkerque-Perpignan et Dunkerque-Hendaye.
Au total, cela fait 18 Diagonales. Si l'on ne tient pas compte du sens et qu'on tient pour identiques par exemple Dunkerque-Menton et Menton-Dunkerque, cela fait 9 Diagonales différentes.

A l'avance, chaque participant choisit librement ses date et heure de départ et définit librement son itinéraire, ce qui constitue un des grands intérêts des Diagonales. Il est tenu de terminer la Diagonale dans le délai imparti, délai qui va de 78h pour Hendaye-Menton ou Strasbourg-Perpignan à 116 h pour Brest-Menton.
La réalisation des Diagonales est supervisée par la Fédération française de Cyclotourisme (FFCT). La FFCT détient l'appellation "Diagonale de France", désignation déposée.
En parallèle, la très dynamique Amicale des Diagonalistes de France , tisse un lien intéressant entre les participants ou futurs participants, en particulier grâce à ses rassemblements, ses parutions, son forum de discussion et son site internet, tous mines d'informations et d'échanges.

 Mes Diagonales

Sur les 15 Diagonales que j'ai effectuées entre 1981 et 2007, 14 ont été homologuées et j'en ai terminé une hors délai. Voici ces 15 Diagonales dans l'ordre chronologique:

Rang
Diagonale
Date
km
Participants
Contrôles
Repos
Carte / Récit / Photos
1
Brest-Menton
11-16 avril 1981
1369
en solo
16
bivouac
2
Brest-Strasbourg
28-31 mai 1981
1040
à 5
13
hôtel
3
Perpignan-Dunkerque
29 mai - 2 juin 1982
1137
à 3
14
bivouac
4
Brest-Perpignan
12-15 mai 1983
1011
à 4 (6)
13
divers
5
Strasbourg-Perpignan
16-19 mai 1985
922
à 2
12
bivouac
6
Hendaye-Strasbourg
8-12 mai 1991
1179
à 2 (3)
13
hôtel
7
Menton-Hendaye
26-29 avril 1992
957
à 2 (3)
12
divers
hors délai
Hendaye-Dunkerque
29 avril - 3 mai 1992
1129
à 2 (3)
14
hôtel
8
Dunkerque-Menton
4-8 mai 1992
1218
à 2
15
divers
9
Hendaye-Dunkerque
4-7 avril 1993
1086
en solo (2)
13
hôtel
10
Hendaye-Menton
23-26 juin 1993
1111
en solo
15
bivouac
11
Menton-Brest
6-10 avril 1997
1425
à 3
16
bivouac
12
Perpignan-Strasbourg
1-4 avril 2007
972
à 5 (7)
11
hôtel
13
Strasbourg-Brest
5-8 avril 2007
1102
à 3
13
hôtel
14
Brest-Perpignan
9-12 avril 2007
1053
à 5 (6)
12
hôtel

Remarques sur les Participants:
Ces diagonales ont été réalisées soit tout seul, -en solo-, soit à plusieurs, par exemple à 2. Dans le cas où, au moins sur une journée quasi complète, des cyclos m'ont ou nous ont accompagné, alors le nombre maximum de participants sur cette journée est indiqué entre parenthèses, par exemple (3).

Remarques sur les Contrôles:
Il s'agit du nombre de contrôles total de la Diagonale: le contrôle de départ et d'arrivée au poste de police plus tous les contrôles intermédiaires dans des commerces librement choisis. Tous ces contrôles sont obligatoires.

A noter par ailleurs:
J'aurais du faire la première Diagonale dès 1977 mais le responsable de l'époque avait jugé, avec raison, que je n'avais pas respecté les délais d'inscription. Sa décision m'avait vexé et j'avais attendu qu'il y ait un nouveau responsable, Monsieur Georges Mahé, pour m'inscrire en 1981.

 Questions-réponses sur mes dix premières Diagonales

Début 1993, à l'issue de mes 10 premières diagonales dont une hors délai, je m'étais livré à quelques statistiques dont je vous épargnerai la lecture, à l'exception de celles sur mes compagnons de Diagonales. Je m'étais livré également à un jeu de questions-réponses sous la forme d'un auto-questionnaire.

Kilomètres effectués avec des compagnons en Diagonales:
Jean-Michel Clausse: 4810 km
Hervé Burtschell: 3180 km
Claude Bénistrand: 2350 km
Philippe Roche: 2050 km
Gérard Petit: 1610 km
Michel Rostagnat: 1610 km
Jean-Paul Chevret: 1180 km
Jean-Luc Thouvenot: 790 km
Pierrick Belbéoch: 180 km
En solo: 2240 km

D'abord les questions qui fâchent:

L'itinéraire le moins agréable: Brest-Strasbourg 1981 et ses nombreuses nationales.
La météo la plus mauvaise: Hendaye-Dunkerque 1993, pluie quasi continue pendant 3 jours sur 4.
L'horaire le plus tendu: Hendaye-Dunkerque 1992, arrivés hors délai.
L'horaire le moins bien calculé: Brest-Menton 1981, départ à 22h, début par une nuit sur le vélo, histoire d'avoir bien sommeil tout le long!
Le moment le plus stupide: les coups de poings donnés par un automobiliste dans le Morbihan lors de Brest-Perpignan 1983.
La gaffe la plus flagrante: ne pas avoir entendu le réveil chez l'habitant à Hesdin (Pas de Calais) dans Hendaye-Dunkerque 1992, du coup on laissa filer et on arriva trois heures hors délai à Dunkerque.
Les moments les plus décourageants: ceux où je luttais contre le sommeil alors qu'il fallait rouler pour arriver dans les délais: en solo dans Brest-Menton 1981 du côté de Sisteron, ou accompagné dans Hendaye-Strasbourg 1991 du côté de Belfort ou dans Hendaye-Dunkerque 1992 du côté de Dax.
L'étape la moins facile: Narbonne-Pau dans Menton-Hendaye 1992, 330 km vallonnées avec pluie et vent de face.
Le moment le plus désagréable: après Guingamp (côtes d'Armor) dans Brest-Strasbourg 1981: collision de la voiture qui nous doublait avec la voiture arrivant en face, heureusement sans drame humain.
Les plus gros regrets après coup: 1) n'avoir fait de compte-rendu ni après Brest-Strasbourg 1981 ni après Brest-Perpignan 1983 et 2) ne pas avoir fait de passage significatif en montagne, cela sera rattrapé dans Hendaye-Menton 1993.


Puis les questions qui réjouissent:

Les moments les plus cools: la demi-heure de babyfoot contre des riverains pendant que l'orage gronde au dehors à Bavilliers dans Strasbourg-Perpignan 1985. Dans la même Diagonale, repas en terrasse d'un restaurant sur le coup de 23 heures dans le haut de Montpellier par une belle et douce soirée de mai.
La Diagonale la plus sympa: Perpignan-Dunkerque 1982, beau temps, belle traversée du Massif Central, vent dans le dos et bonne humeur de l'équipe.
Le plus beau moment: l'arrivée à Menton dans Brest-Menton 1981.
La plus belle satisfaction après coup: la réalisation du triangle Menton-Hendaye-Dunkerque-Menton en 1992, malgré l'arrivée hors délai de trois heures à Dunkerque.
La Diagonale avec la plus belle frite: Brest-Perpignan 1983, avec l'entraînement des brevets de Paris-Brest-Paris, et pour la première fois un équipement rationnel.


Puis les questions plus originales:

La route la plus insolite: la petite route qui conduit au col des Six chemins (Pas de Calais) dans Hendaye-Dunkerque 1992.
Le passage le plus insolite: le viaduc ferroviaire de Garabit près de Saint-Flour (Cantal) dans Perpignan-Dunkerque 1982.
Le plus bel orage:avant Thoirette (Ain) dans Strasbourg-Perpignan 1985: les 15 cm de grêle dont nous nous protégeons, recroquevillés dans un fossé, avec les tapis de bivouac sur la tête.
Le plus gros pépin mécanique: le bris de mon moyeu arrière vers Montaigut (Puy de Dôme) dans Brest-Menton 1981, ainsi que le bris de manivelle de Philippe dans la vallée de l'Aude dans Brest-Perpignan 1985, ainsi que mes nombreux bris de rayons dans Hendaye-Strasbourg 1991.
L'altitude la plus élevée: le col de Cabre -1180m- (Drôme) dans Brest-Menton 1981.
La distance la plus courte dans un département: 8 km en Maine et Loire dans Brest-Menton 1981.
L'hébergement le plus insolite: près de Culan (Cher) dans Brest-Menton 1981: une nuit de bivouac sous un pont de chemin de fer.
Le contrôle le moins peuplé: le col de Chatain-Besson (Charente) dans Hendaye-Dunkerque 1993.
Le contrôle le moins efficace: à Rioz (Haute-Saône) dans Hendaye-Strasbourg 1991, par une femme agée qui trempe le tampon de l'épicerie dans du lait, ce contrôle sera doublé par un contrôle plus efficace dans une pharmacie.
La statistique la plus insolite: Ces 10 diagonales ont occupé 46 jours de ma vie, tous des jours de printemps.
Le départ le plus tôt dans la saison: Hendaye-Dunkerque 1993, le 4 avril.
Le départ le plus tard dans la saison: Perpignan-Dunkerque 1985, le 29 mai.
Les vélos utilisés: deux vélos à roues de 700: le premier avec lequel j'ai réalisé les 3 premières diagonales, est aujourd'hui en 1993 mon vélo de muletier, et le second avec lequel j'ai réalisé les 7 diagonales suivantes est mon vélo de randonnée.
La plus belle tricherie: aucune, même si sur certaines Diagonales certains auraient pu s'étonner que j'ai été le seul inscrit alors que nous étions deux ou plus à réaliser la Diagonale! Il faut dire que mes compagnons étaient en général plutôt hostiles aux coups de tampons.
Les braquets utilisés: toute la gamme entre 53:13 et 28:28.
Le braquet le plus utilisé: peut-être le 40:16.

Accueil | Plan du site | Haut de page