De l'emploi créé en pédalant !

transmis par RP (dernière mise à jour le samedi 11 mars 2000)

Lu dans courrier international n°463 (article de Germot Knödler, "Die Tageszeitung", Berlin)

En Allemagne, dit-on, un emploi sur sept dépend de la voiture. Bref, l'abandon de l'automobile est économiquement impossible. La récente enquête de la fédération des transports (VCD) et de l'Oko-Institut (institut pour l'écologie) vient de chambouler cette certitude. Selon cette étude, un abandon partiel de la circulation automobile au profit des transports en commun, du vélo et des déplacements à pied créerait 200 000 emplois supplémentaires et permettrait de réduire d'un quart les émissions de dioxyde de carbone.

L'étude table sur l'hypothèse suivante: les automobilistes laissent leur voiture au garage trois fois par semaine, vont deux fois par semaine au théâtre par les transports en commun et prennent le train huit fois plus souvent. L'industrie automobile perdrait alors 130 000 emplois, mais il faudrait embaucher 95 000 chauffeurs de bus et 20 000 conducteurs de train et de métro. Sans compter les employés des "centres de mobilité" (les parkings à vélos), les mécaniciens, les gestionnaires et les vendeurs de cycles- soit,au total, 337 000 emplois à créer.

Accueil | Plan du site